block-add

Coût de la dégradation de l’environnement due aux pratiques de gestion des déchets solides : Cas de l’île de DJERBA

Coût de la dégradation de l’environnement due aux pratiques de gestion des déchets solides : Cas de l’île de DJERBA
Wednesday, May 13, 2015
Fact Sheet
SWEEP-Net Papers & Reports
Description: 
Djerba  est  la  plus  grande  île  de  la  Tunisie,  avec  une  superficie  totale  de  514 Km et  une  population de 160.714 habitants en 2014 avec une densité moyenne de 313 habitants par Km et appartenant au Gouvernorat  de  Médenine.  Djerba  est  constituée  des trois  communes,  au  nord  Houmet  Souk,  à  l’est Ajim, et Midoun au Sud Ouest avec des disparités économiques et sociales. Houmet Souk est considérée le chef-lieu de l’île, et la plus peuplée des trois communes. Elle est devenue un centre polyfonctionnel de services et s’est développée grâce au tourisme et à la hausse des valeurs foncières et immobilières ; Midoun,  qui  est  à  l’origine  rurale,  s’est  transformée  en  commune  urbaine  et  est  devenue  le  premier pôle touristique de l’île. Ceci a bouleversé son organisation territoriale. Ajim est la commune la moins peuplée et ne comprend pas de zones touristiques. Cette commune est connue pour son artisanat et son agriculture. Elle n’a pas connu le même développement que les autres communes. L’économie de l’île est basée sur les revenus des émigrés Djerbiens vivants à l’étranger et particulièrement en Europe où ils travaillent dans le commerce et les services. Le tourisme est de masse, saisonnier, et à bas prix pour lequel Djerba est considérée le premier pôle touristique de la Tunisie avec un revenu 
annuel de 483,9 millions DT, soit 15 % des revenus globaux du tourisme en Tunisie en 2012 ; l’agriculture n’implique que 4 % de la population de 2004 et est en baisse. Elle consiste en des arbres fruitiers, des oliviers et certaines cultures telles que l’orge, le sorgho et les lentilles. La pêche est aussi une source de revenus pour un nombre de pêcheurs dans les trois ports artisanaux de Houmet Souk, Midoun et Ajim qui consistent en 2.000 flottilles de pêche côtière et une production de 9.000 tonnes en 2011 qui est cependant insuffisante pour couvrir la consommation de l’île. Enfin, l’artisanat qui rapporte autant que les revenus de la pêche et de l’agriculture consiste en un artisanat de laine, de poterie et de bijoux.
Private - accessible only to group members
Sweep-net Publication